Monday, February 01, 2021

Beethoven en rouge et or avec Paavo Järvi

Crescendo Magazine
Pierre Jean Tribot
20.01.2021

Ludwig van Beethoven (1770-1827) : intégrale des symphonies ; ouverture Des créatures de Prométhée, Coriolan, Fidelio, Leonore, Egmont, la Consécration de la maison. Christiane Oelze, soprano ; Petra Lang, alto ; Klaus Florian Vogt, ténor ; Matthias Goerne, baryton. Deutsche Kammerchor. Deutsche Kammerphilharmonie Brêmen, Paavo Järvi. 2004-2012. Livret en : anglais et allemand. 6 CD RCA. 194-439-82817-2

La Deutsche Kammerphilharmonie de Brême célèbre autant Beethoven que Paavo Järvi, son directeur musical depuis 2004, avec la mise en coffret collector de leur intégrale des symphonies de Beethoven et une belle sélection d’ouvertures enregistrée pour RCA. L’objet est superbe dans ses couleurs sang et or élégantes, et le contenu est soigné : 6 SACD hybrides et un lien vers le téléchargement des fichiers numériques. Le livret de 136 pages revient sur ce projet et la collaboration avec Paavo Järvi avec une belle iconographie. En ces temps de disette éditoriale, ce coffret est déjà un superbe objet, ce n’est pas si courant !

Enregistrée entre 2004 et 2012, cette somme, rodée lors de tournées mondiales acclamées, avait marqué son temps par sa très haute qualité. Il faut dire que tout comme Harnoncourt avec l’Orchestre de Chambre d’Europe (Teldec), Paavo Järvi bénéficie d’un orchestre d’exception avec des individualités fantastiques, capables des nuances les plus subtiles ou de l’écoute mutuelle la plus aboutie : les mouvements lents des symphonies sont presque des moments de musique de chambre tant les pupitres respirent entre eux et dialoguent avec une naturel évident. Quant au chef, il ne brusque rien ! Certes c'est vif et allégé, mais jamais cette direction n’est brutale ni démonstrative (comprendre ultra-rapide avec des contrastes surjoués). Le traitement du matériau sonore est exemplaire avec une capacité à activer des micros-détails sans jamais perdre de vue la progression narrative. Il suffit d’écouter le célèbre “allegro scherzando” de la Symphonie n°8 pour apprécier ces saveurs musicales fruitées qui se dégagent de l’énergie de ce mouvement. On a rarement entendu mieux tant le chef et les musiciens avancent ensemble. Aucune faiblesse à créditer à ce travail qui cerne avec autant d’engagement dans les “petites symphonies” que les grands chefs- d'œuvre. On ne peut pas dire que telle ou telle symphonie se dégage ou mérite une écoute isolée car il faut tout écouter pour appréhender la puissance artistique de cette intégrale.

L’album d’ouvertures proposé en complément prolonge notre bonheur musical avec, encore, une direction magistrale par sa théâtralité et son sens des couleurs, que ce soit dans les ouvertures célèbres comme Egmont ou Coriolan ou celles moins dramaturgiques comme lesCréatures de Prométhée ou la Consécration de la maison.

Beethoven est certes un compositeur qui se plie à tant d’approches, mais cette intégrale a pour elle un côté “évidence”qui en fait un des piliers de l’histoire de l’interprétation : la totale fusion du chef et des musiciens, la vision à la fois pleine d’énergie et soignée dans les détails sans oublier le fini technique exceptionnel sont des arguments de poids pour considérer cette somme sur la plus haute marche du podium !

Notons également que la prise de son est un modèle par son ampleur et sa richesse de timbres.
Ce coffret de collection est exclusivement disponible sur le site de l’orchestre allemand.

Son : 10 Livret : 10 Répertoire : 10 Interprétation : 10

No comments: