Saturday, September 27, 2014

Die Deutsche Kammerphilharmonie Bremen

AlteOper.de

Musikfest Opus 131 - Aufbrüche in der Musik
Die Deutsche Kammerphilharmonie
Bremen
Dienstag 23. September 2014
20:00, Großer Saal


Fazil Say (c) Marco Borggreve

Paavo Järvi Leitung Fazil Say Klavier

Ludwig van Beethoven Ouvertüre zum Ballett "Die Geschöpfe des Prometheus" c-Moll op. 43Wolfgang Amadeus Mozart Klavierkonzert Nr. 23 A-Dur KV 488Johannes Brahms Sinfonie Nr. 2 D-Dur op. 73

19:00 Großer Saal
Vorkonzert und Einführungsgespräch
FAZIL SAY Klavier
Berg, Sonate h-Moll op.1
Moderation: Hans-Jürgen Linke

Nach dem Konzert: Nach(t)konzert

Sein Name lässt sich mit „Vorausdenker“ übersetzen. Er ist das Sinnbild für den aus sich selbst heraus schöpfenden Menschen: Prometheus. Ludwig van Beethoven war fasziniert von dieser rebellischen Gestalt der griechischen Mythologie und überzeugt davon, dass seine eigene Kunst jedem Hörer ein Stück prometheischen Geist mit auf den Weg geben könne. Beim Konzert der Deutschen Kammerphilharmonie Bremen steht mit Beethoven und Mozart die Wiener Klassik im Zentrum – jene bedeutende Epoche, die für Solokonzert, Sonate, Streichquartett und Sinfonie Konventionen formuliert hat, welche für Generationen ihre Gültigkeit haben sollten, doch nicht zuletzt von Beethoven im gleichen Atemzug schon wieder in Frage gestellt wurden. In einem Vorkonzert begibt sich Fazil Say an einen wichtigen Wendepunkt der Musikgeschichte, markiert von den Komponisten der sogenannten „Zweiten Wiener Schule“. In Alban Bergs erster Klaviersonate lässt es sich förmlich spüren, wie sie als völlig freies Klavierstück gründlich mit einer Gattung aufräumt, deren Namen sie dennoch trägt.

Mit freundlicher Unterstützung der
DZ Bank
und der
Gesellschaft der Freunde der Alten Oper Frankfurt

https://www.alteoper.de/de/programm/veranstaltung.php?id=513458596

Paavo Järvi et l'Orchestre de Paris ouvrent la saison à Pleyel

Diapason
Rémy Louis
22/09/2014
  
Photo: Marc Lyons
C'est avec un brin de tristesse que l'on a assisté à l'ouverture de saison de l'Orchestre de Paris, après l'annonce faite en août par Paavo Järvi – via Facebook – qu'il ne renouvellerait pas son mandat après la saison 2015-2016. Tristesse que dissipe le dialogue intact des musiciens et de leur chef : le Concerto pour violon de Brahms reçoit une lecture vive et imaginative, drue et tout en nervures, peut-être au détriment de la chaleur romantique du son. Maxim Vengerov (dont c'est le retour à l'Orchestre de Paris) rayonne désormais avec une intensité plus mature et intérieure, moins tournée que naguère vers le brillant immédiat – encore qu'il en reste des traces dans sa propre cadence pour l'Allegro non troppo ! Le phrasé de l'Adagio, les échanges avec les bois sont superlatifs. Et en bis, la Méditation de Thaïs distille des inflexions et des respirations dignes d'un chanteur.
Dernière saison de Paavo Järvi à Paris
Un mécanisme orchestral ténébreux envahit ensuite une Symphonie n° 3 de Roussel coulée sans ambages dans un métal digne de Prokofiev – ce qui se comprend –, mais avec un sérieux peut-être excessif (Vivace, Allegro con spirito). Il tourne à la saturation dans La Valse. Appuyée, alternant linéarité et creusement (accents, contrastes), elle s'assimile à un Sacre du printemps ravélien. Même Chostakovitch n'est pas si loin, tant sensualité organique et mystère cèdent le pas à l'éruption obsessionnelle de la matière – si style et esthétique interrogent, l'engagement est total, l'impact incontestable.
Main droite ferme et agile de Xavier Philips
La semaine suivante, Järvi imprègne les Métaboles de Dutilleux d'une lumière plus minérale – un éclairage encore différent de ceux de Gergiev, Rattle ou Gatti. Vision détaillée et moderniste, tendue mais toujours organique, attentive aux rapports de tempo comme à l'unité des longs tapis de cordes. Le Concerto pour violoncelle de Lalo hérite ensuite d'une lecture presque rugueuse, aux volumes puissants : Xavier Philips en délivre une vision d'une très haute maîtrise, plutôt sombre de timbre, très concentrée (justesse impeccable, main droite ferme et agile à la fois... une nécessité ici). Elle va de l'avant sans jamais faiblir, tout en différenciant toujours subtilement climats et phrasés (prolongés en bis par la Serenata de la Suite pour violoncelle seul n°1 de Britten).
Expériences musicales marquantes
Comme un fait attendu, le chef porte ensuite au triomphe une Symphonie n° 5 de Tchaïkovski fervente et altière – rien de sentimental ni de complaisant, mais un climat authentique posé d'emblée par deux clarinettes extraordinairement nuancées. Début captivant, auquel répond le solo de cor de l'Andante cantabile con alcuna licenza, dont deux légers accrocs ne ternissent en rien la sensibilité ni la justesse de phrasé. Les jeux de réponse du quatuor, la profondeur des violoncelles et contrebasses, l'impeccable architecture d'ensemble obéissent à un élan passionné et contagieux, jusqu'à une conclusion naturellement flamboyante. Oui, on peut avoir des regrets pour l'avenir. Mais dans l'immédiat, vivons ces expériences musicales marquantes dont l'Orchestre de Paris et Paavo Järvi sont aujourd'hui coutumiers.
Paavo Järvi et l'Orchestre de Paris. Paris, Salle Pleyel, les 11 et 17 septembre.

http://www.diapasonmag.fr/actualites/critiques/paavo-jarvi-et-l-orchestre-de-paris-ouvrent-la-saison-a-pleyel
ClassicalMusicNews.ru
Виктор Александров
27/09/2014
Пааво Ярви. Фото - ean Christophe Uhl
Пааво Ярви. Фото – ean Christophe Uhl
В рамках международного музыкального фестиваля Opus 131, продолжающегося в эти дни во Франкфурте на Майне, на сцене Alte Oper выступил Немецкий камерный филармонический оркестр под управлением Пааво Ярви.
В афише форума участвуют выдающиеся музыканты и коллективы современности: Берлинский филармонический оркестр под управлением Саймона Рэттла, Лондонский филармонический оркестр с Владимиром Юровским, «Музыканты Лувра» и Марк Минковский, Хаген-квартет и многие другие.

Для Немецкого камерного филармонического оркестра и Пааво Ярви это был первый концерт нового сезона. В программе гастролей прозвучали произведения И. Брамса, В. А. Моцарта и Л. Бетховена, чья увертюра к балету «Творения Прометея» была сыграна особенно дерзновенно.
В 23-м концерте для фортепиано с оркестром В. А. Моцарта солировал турецкий пианист и композитор Фазиль Сай. Он гастролирует по всему миру, исполняет камерную музыку в ансамбле со скрипачкой Патриcией Копачинской и виолончелисткой Соль Габеттой, струнным квартетом «Борусан» из Стамбула; среди других партнеров Сая по сцене – Юрий Башмет, Шломо Минц, Максим Венгеров.
Фазиль Сай сотрудничает с выдающимися дирижерами современности: Антонио Паппано, Пааво Ярви, Зубином Метой, Юрием Темиркановым, Куртом Мазуром, Саймоном Рэттлом, Владимиром Федосеевым, Элиаху Инбалом. Творческий альянс Сая с Пааво Ярви увенчался большим успехом.
Фазиль Сай. Фото - Marco Borggreve
Фазиль Сай. Фото – Marco Borggreve
Интерпретация пианиста знаменитого концерта Моцарта оказалась свободной, лишенной оков академизма. Сай играл Моцарта так, как он воспринимает его музыку сегодня, как будто сочинение только что появилось на свет. Пианист даже подпевал себе, сидя за роялем.
В скором времени Фазиля Сая услышат в моцартовском цикле сонат на Зимнем Зальцбургском фестивале «Mozartwoche». Оркестр под управлением Пааво Ярви чутко следовал за солистом, передавая тончайшие грани эмоций моцартовского шедевра.
Вторая симфония И. Брамса, завершившая концерт, поразила своей монументальностью и внушительным размахом. Пааво Ярви добился от оркестра предельной сыгранности, безупречного ощущения формы и ансамблевой дисциплины. Каждая из частей брамсовского цикла воспринималась как откровение. После бурного финала симфонии Немецкий камерный филармонический оркестр Бремена и Пааво Ярви порадовали публику двумя Венгерскими танцами И. Брамса.
Музыканты играли с невероятной самоотдачей и энтузиазмом, всецело погружаясь в стихию национального мелоса и фольклора. Фестиваль Opus 131 продлится во Франкфурте на Майне до 5 октября.
Публику ожидают множество концертов, фильмов, спектаклей, симпозиумов, а также встреч со знаменитыми исполнителями.

http://www.classicalmusicnews.ru/reports/paavo-yarvi-i-nemetskiy-kamernyiy-filarmonicheskiy-orkestr-bremena-na-festivale-musikfest-opus-131/

Classical album reviews: Paavo Jarvi, The Juilliard String Quartet, Carolyn Sampson

Independent.co.uk
Andy Gill
22/03/2014
Paavo Jarvi Jorg Widmann: Armonica (Pan Classics)
Paavo Järvi is one of the busiest contemporary conductors, working here with the Frankfurt Radio Symphony Orchestra on  a programme combining three pieces by Jorg Widmann with complementary works by Mauricio Kagel, Beat Furrer and Peter Ruzicka. The latter’s “Clouds” is an accumulation of sonic droplets and mist into a torrential downpour, while Kagel’s Etude No 3 offers a Stravinskian cacophony of horns. But it’s Widmann’s title track that stands out: inspired by Mozart’s interest in the glass harmonica,  it features a blend of strings, accordion and tuned percussion emulating that instrument’s long, keening tones, everything shaped “lightly and vitreously... like a musical suspension of gravity”,  as Widmann describes it.
****

http://www.independent.co.uk/arts-entertainment/classical/reviews/classical-album-reviews-paavo-jarvi-the-juilliard-string-quartet-carolyn-sampson-9205278.html

Saturday, September 20, 2014

Solaires, jubilatoires, hallucinés

Altamusica.com
Claude Helleu
10/09/2014
Concert de rentrée de l’Orchestre de Paris sous la direction de Paavo Järvi, avec la participation du violoniste Maxim Vengerov à la salle Pleyel, Paris.
 

Après un Concerto pour violon de Brahms au parcours solaire sous l’archet de Maxim Vengerov, Paavo Järvi et l’Orchestre de Paris mettent la musique française à l’honneur avec la Troisième Symphonie d’Albert Roussel et La Valse de Maurice Ravel lors de leur concert de rentrée, des plus brillants, à la salle Pleyel.

Bassons et cordes graves imposent leur sonorité profonde pour accueillir le Stradivarius-Kreutzer 1727 de Maxim Vengerov. En parfait accord avec les pupitres de l’Orchestre de Paris, partageant avec Paavo Järvi à leur tête un engagement tranquille et assuré, le violoniste va irradier leur parcours du Concerto de Brahms.

Aussi sobrement véhémente que méditative, naturellement maîtresse de ses difficultés, son aisance imprègne l’expressivité d’un phrasé qui peu à peu s’enflamme, s’exacerbe en une cadence somptueuse écrite par l’interprète et idéalement conclue dans le retour de l’orchestre sollicité pour un chant fusionnel.

L’Adagio s’épanouit en émerveillements heureux. La mélodie inspirée du hautbois introduit des instruments à vent ici solistes complices du violon et de son élévation dans la lumière. Cette interprétation solaire mène à une fête finale jubilatoire. Entrain des rythmes chers à Brahms, influence tzigane des danses, allégresse de s’y donner : le Finale consacre la vitalité de ce lyrisme aux bonheurs rayonnants.

Paavo Järvi avait consacré la seconde partie du programme de ce concert de rentrée à la musique française. Un choix des plus intéressants pour écouter enfin certaines œuvres trop ignorées de notre patrimoine, telle la Symphonie n° 3 en sol mineur d’Albert Roussel. Composée en 1929-1930, son dynamisme la rend immédiatement séduisante, d’autant que Järvi et l’Orchestre de Paris, au mieux de son homogénéité, font leur son apparente spontanéité Allegro vivo, n’hésitant pas à pimenter parfois de quelques traits irrévérencieux la détermination de sa liberté.

Un style fugué aux bois à la fête dans l’Adagio, des cuivres et des cordes non moins captivés : brassé par son chef, l’orchestre s’en donne à cœur joie dans une ambiance jubilatoire. Vivace, Allegro con spirito, la clarté, la concision de l’écriture et de l’interprétation nous ravissent. Fantaisie et originalité inspirent les virtuosités provocantes, l’insolence souriante d’une composition à l’ampleur affirmée et dont la rigueur étaye l’imagination.

En contrepoint à l’expressivité audacieuse résolument assumée par tous et chacun, la cantilène du violon solo avec la clarinette, le basson et les cors nous offre un délicieux moment de romantisme avant l’exaltation finale qui couronne ces pages remarquables de transparence et d’éclats instrumentaux.

Et c’est l’entrée saisissante dans le mystère de temps en suspens… Contrebasses pianissimo, retenue, embryons de phrases, promesse et attente avant que La Valse de Ravel prenne son élan, bientôt « tournoiement fantastique et fatal ». Le kaléidoscope des sonorités, les vertiges rythmiques, les ruptures percutantes et les glissandi inquiétants ensorcellent.

Magistral à la tête d’un Orchestre de Paris survolté, aussi implacable que la musique qu’il dirige, Paavo Järvi habite l’esprit du chef-d’œuvre d’un Ravel plus fascinant que jamais. Démoniaque juste ce qu’il faut, ne se hâtant jamais pour mieux prendre feu, maître de la morbidité omniprésente, aux aguets de la catastrophe immanente et tout à l’ivresse de la sensualité dévastatrice, il propulse vers nous les arrachements de cette Valse fiévreuse, qu’elle nous entraîne à sa suite dans ses hallucinations. 

http://www.altamusica.com/concerts/document.php?action=MoreDocument&DocRef=5510&DossierRef=5060

Sarah's Playlist - Pick of the month

DW.de
Sarah Willis
19/09/2014

In each episode of Sarah’s Music, Sarah Willis shares some of her personal classical music highlights. This time she recommends "The Beethoven Project".
"The Beethoven Project" is a documentary which follows the Die Deutsche Kammerphilharmonie Bremen and their chief conductor, Paavo Järvi, as they prepare to perform and record all nine Beethoven symphonies. The film shows the orchestra in rehearsal, in concert and backstage and conveys their infectious enthusiasm for the music.
The 4-DVD set "The Beethoven Project" is produced by Deutsche Welle. It includes the documentary film and the complete performances of the Beethoven Symphonies and is available from Sony Music.

http://www.dw.de/sarahs-playlist-pick-of-the-month/a-17935855

Friday, September 19, 2014

Quelques semaines après l’annonce de son départ en 2016, Paavo Järvi et l’Orchestre de Paris ont attesté de leur fusion artistique

brunoserrou.blogspot
Bruno Serrou
18/09/2014

Paavo Järvi et l'Orchestre de Paris. Photo : DR

C’est sur une partition, Métaboles, du compositeur français qui l’a le plus accompagné depuis sa création en 1967, Henri Dutilleux, que l’Orchestre de Paris a ouvert son deuxième concert de la saison 2014-2015, qui a été précédée par l’annonce par Paavo Järvi, son directeur musical en personne, de son départ en juin 2016 vers les cieux japonais. Charles Munch, le fondateur de la phalange parisienne et qui fut un proche de Dutilleux, dirigea non seulement la création de sa Symphonie n° 2 « Le Double » alors qu’il était le patron de l’Orchestre Symphonique de Boston, mais inscrivit aussi ses Métaboles dès la première saison de l’Orchestre de Paris, qui donnera deux ans plus tard la première mondiale du concerto pour violoncelle Tout un monde lointain sous la direction de Serge Baudo, qui avait été l’assistant de Munch, fruit d’une commande de Mstislav Rostropovitch. Composées en 1964, les cinq pièces aux titres évocateurs (Incantatoire, Linéaire, Obsessionnel, Torpide, Flamboyant) qui s’imbriquent les unes dans les autres pour constituer Métaboles, œuvre pour grand orchestre avec bois et cuivres par quatre et dix contrebasses, sont le fruit d’une commande de George Szell pour le cinquantième anniversaire de l’Orchestre de Cleveland, qui en a donné la première exécution mondiale le 14 janvier 1965. La partition est conçue à la façon d’un concerto pour orchestre, chacune des parties, dont la formule initiale subit une succession de métamorphoses, privilégiant une famille spécifique d’instruments, bois, cordes, percussion, cuivres, avant d’être toutes réunies dans le finale. Le chef estonien et son orchestre français en ont donné une interprétation souple et aérée mais manquant parfois d’allant, Järvi préférant laisser sonner les pupitres solistes, il est vrai tous plus délectables les uns que les autres, tandis que les textures des tutti se sont avérées particulièrement fluides.


Xavier Phillips. Photo : DR

L’œuvre concertante qui a suivi est très fréquentée par les apprentis violoncellistes mais peu jouée au concert. Il est vrai qu’elle a clairement davantage une essence scholastique que créatrice et musicale, même sous l’archet du plus musicien des violoncellistes français, Xavier Phillips. Bien que plus significatif que son concerto pour violon, le Concerto pour violoncelle et orchestre en ré mineur qu’Edouard Lalo composa en 1876. Surtout connu à l’opéra pour son Roi d’Ys et au concert pour sa Symphonie espagnole, la création du compositeur lillois connaît depuis une dizaine d’années un frémissement de résurrection. Le concerto pour violoncelle, qui a déjà figuré par deux fois au programme de l’Orchestre de Paris (1978 avec Paul Tortelier, 2011 avec Marc Coppey) compte trois mouvements dans lesquels le soliste ne cesse que fort rarement de jouer. Chacun alterne des épisodes vif-lent-vif, le mouvement initial étant précédé d’un séduisant prélude marqué Lento dont la rythmique gouverne la partition entière tel un leitmotiv. L’amour du compositeur nordique pour l’Espagne imprègne naturellement l’œuvre dans sa globalité dont le caractère populaire est ponctué dans l’Intermezzo central de passages d’une profonde mélancolie où l’instrument soliste peut s’épancher dans une véritable rêverie. Xavier Phillips, toujours très concentré mais au jeu d’une générosité prodigue, a transcendé les vingt-cinq minutes de ce concerto de ses sonorités de braise, par l’ampleur de ses respirations, sa gestique concentrée mais large au service d’un chant d’une générosité communicative, l’Orchestre de Paris lui érigeant un tapis à l’étoffe onctueuse. En bis, le violoncelliste français a donné le troisième mouvement de la Suite n° 1 pour violoncelle de Benjamin Britten « pour rester dans l’esprit espagnol de Lalo », climat suscité par des pizzicati joués comme sur une immense guitare.

Beaucoup plus fréquentée que le concerto de Lalo, appartenant au répertoire symphonique le plus populaire, la Symphonie n° 5 en mi mineur op. 64 (1888) de Tchaïkovski qui a occupé toute la seconde partie de la soirée a figuré au programme du concert que l’Orchestre de Paris et Paavo Järvi ont donné au Festival d’Aix-en-Provence le 5 juillet dernier en hommage à Patrice Chéreau. Le « destin » « sans espoir » que le compositeur dépeint dans cette partition est sombre et douloureux, mais aussi empreint d’une lumière plus ou moins consolatrice qui perce de l’obscurité la plus noire. Paavo Järvi en a donné une interprétation tendue comme un arc malgré les pauses entre les mouvements qui ont amoindri les aspérités autobiographiques de l’homme Tchaïkovski pour mieux en souligner la science de l’orchestration et le sens des couleurs propres au compositeur russe. Les musiciens de l’Orchestre de Paris ont ainsi pu briller sans relâche, rivalisant de sonorités et de virtuosité, l’atmosphère ombrée étant plantée dès le début par le chant onctueux des deux clarinettes. La direction exaltée et exaltante de Järvi a soulagé l’œuvre de son pathos excessif, mais l’on eut apprécié davantage d’allant et de grincements dans la Valse, tandis que le chant du mouvement lent est apparu merveilleusement humain, alors que le finale a atteint une suprême unité. A souligner les splendides solos de clarinettes, de cor, basson, de somptueux traits d’altos et de violoncelles, précis dans le rythme souvent complexe à réaliser.

http://brunoserrou.blogspot.fr/2014/09/quelques-semaines-apres-lannonce-de-son.html

Wednesday, September 17, 2014

Tuesday, September 16, 2014

Paavo Järvi et Maxim Vengerov avec l’Orchestre de Paris - Une rentrée jubilatoire - Compte-rendu

Concertclassic.com
Michel Le Naour
10/09/2014


Réunir dans un même programme Brahms et la musique française peut paraître antithétique. On connaît le cri du cœur adressé par le musicien allemand au jeune Henri Büsser venu lui rendre visite à Vienne : « Il n’y a pas de compositeur français. » Depuis, du temps s’est écoulé tant sur les bords du Danube que sur ceux de la Seine ...

En ouverture de saison de l’Orchestre de Paris, le célèbre Concerto en ré majeur de Brahms brille de tous ses feux sous l’archet impérial de Maxim Vengerov qui n’a rien perdu de son art souverain. Générosité de son, maîtrise technique (y compris dans les redoutables déplacements de l’Allegro non troppo initial), cadence personnelle d’une difficulté impressionnante, intériorité (Adagio) et élan jubilatoire (Allegro giocoso final) caractérisent une exécution exemplaire et lumineuse. Du travail d’orfèvre.

Paavo Järvi, attentif au soliste, ne suit pas toujours le même chemin, préférant les arêtes vives (les tutti) et la puissance flamboyante à la sensibilité et au lyrisme passionné. L’embrasement est pourtant au rendez-vous et Vengerov peut déployer son timbre radieux en toute sérénité. Le bis ( la Méditation de Thaïs ) calme le jeu par la plénitude d’intonation du violoniste accompagné par des instrumentistes sous le charme.
Début de seconde partie survolté avec la Symphonie n°3 de Roussel : une lecture à la rythmique implacable conduite par une baguette d’une sûreté absolue. Järvi défend une conception singulière, sombre, éloignée de la tradition des grands chefs français, mais de bout en bout captivante. L’Orchestre de Paris, au meilleur de sa forme, propose ensuite une Valse de Ravel à la progression saisissante marquée par des forces maléfiques, jusqu’au climax savamment agencé qui éclate de toute son énergie libérée. Un superbe concert de rentrée.
Prochains rendez-vous avec l’Orchestre de Paris les 17 et 18 septembre (avec Järvi et Xavier Philips) et les 24 et 25 septembre, pour un programme Dvorak et Martinu réunissant le Chœur et l’Orchestre sous la conduite Tomas Netopil.
 
Réunir dans un même programme Brahms et la musique française peut paraître antithétique. On connaît le cri du cœur adressé par le musicien allemand au jeune Henri Büsser venu lui rendre visite à Vienne : « Il n’y a pas de compositeur français. » Depuis, du temps s’est écoulé tant sur les bords du Danube que sur ceux de la Seine ...
En ouverture de saison de l’Orchestre de Paris, le célèbre Concerto en ré majeur de Brahms brille de tous ses feux sous l’archet impérial de Maxim Vengerov qui n’a rien perdu de son art souverain. Générosité de son, maîtrise technique (y compris dans les redoutables déplacements de l’Allegro non troppo initial), cadence personnelle d’une difficulté impressionnante, intériorité (Adagio) et élan jubilatoire (Allegro giocoso final) caractérisent une exécution exemplaire et lumineuse. Du travail d’orfèvre.
- See more at: http://www.concertclassic.com/article/paavo-jarvi-et-maxim-vengerov-avec-lorchestre-de-paris-une-rentree-jubilatoire-compte-rendu#sthash.Q4LCzJ7Z.dpuf
Réunir dans un même programme Brahms et la musique française peut paraître antithétique. On connaît le cri du cœur adressé par le musicien allemand au jeune Henri Büsser venu lui rendre visite à Vienne : « Il n’y a pas de compositeur français. » Depuis, du temps s’est écoulé tant sur les bords du Danube que sur ceux de la Seine ...
En ouverture de saison de l’Orchestre de Paris, le célèbre Concerto en ré majeur de Brahms brille de tous ses feux sous l’archet impérial de Maxim Vengerov qui n’a rien perdu de son art souverain. Générosité de son, maîtrise technique (y compris dans les redoutables déplacements de l’Allegro non troppo initial), cadence personnelle d’une difficulté impressionnante, intériorité (Adagio) et élan jubilatoire (Allegro giocoso final) caractérisent une exécution exemplaire et lumineuse. Du travail d’orfèvre.
Paavo Järvi © DR
Paavo Järvi, attentif au soliste, ne suit pas toujours le même chemin, préférant les arêtes vives (les tutti) et la puissance flamboyante à la sensibilité et au lyrisme passionné. L’embrasement est pourtant au rendez-vous et Vengerov peut déployer son timbre radieux en toute sérénité. Le bis ( la Méditation de Thaïs ) calme le jeu par la plénitude d’intonation du violoniste accompagné par des instrumentistes sous le charme.

Début de seconde partie survolté avec la Symphonie n°3 de Roussel : une lecture à la rythmique implacable conduite par une baguette d’une sûreté absolue. Järvi défend une conception singulière, sombre, éloignée de la tradition des grands chefs français, mais de bout en bout captivante. L’Orchestre de Paris, au meilleur de sa forme, propose ensuite une Valse de Ravel à la progression saisissante marquée par des forces maléfiques, jusqu’au climax savamment agencé qui éclate de toute son énergie libérée. Un superbe concert de rentrée.
Prochains rendez-vous avec l’Orchestre de Paris les 17 et 18 septembre (avec Järvi et Xavier Philips) et les 24 et 25 septembre, pour un programme Dvorak et Martinu réunissant le Chœur et l’Orchestre sous la conduite Tomas Netopil.
- See more at: http://www.concertclassic.com/article/paavo-jarvi-et-maxim-vengerov-avec-lorchestre-de-paris-une-rentree-jubilatoire-compte-rendu#sthash.Q4LCzJ7Z.dpuf
http://www.concertclassic.com/article/paavo-jarvi-et-maxim-vengerov-avec-lorchestre-de-paris-une-rentree-jubilatoire-compte-rendu

Dirigent Paavo Järvi avas oma hooaja Pariisi kuulsas Pleyeli saalis

Kultuur.err.ee
Priit Kuusk
14.09.2014
 
Paavo Järvi (Foto: Klaus Rudolph)
Paavo Järvi dirigeeris suvel mitmeid kontserte Bremeni Deutsche Kammerphilharmonie ees nii Saksamaal kui Põhja-Ameerikas, uut hooaega alustas dirigent sel nädalal Orchestre de Paris' ees.

Pärast juulikuiseid esinemisi Pärnu muusikafestivalil ning Järvi Akadeemial astus Paavo Järvi dirigendina veel üles mitmel kontserdil koos Bremeni Deutsche Kammerphilharmonie'ga Saksamaal ning turneel Kanadas ja USAs.

Ajavahemikul 25. juulist kuni 7. augustini oli peadirigent Paavo Järvi Deutsche Kammerphilharmonie' (DKB) ees kokku seitsmel kontserdil. 25. ja 26. juulil mängiti Schleswig-Holsteini muusikafestivalil Hamburgi Laeiszhalles ja Kieli lossis, solistiks oli noor sakslanna Julia Fischer ning kavas Felix Mendelssohn Bartholdy avamäng "Hebriidid", tema Viiulikontsert ning Johannes Brahmsi Esimene sümfoonia.

Paavo Järvi kaalukas kontserdireis DKB-ga Kanadasse ja USAsse suundus koguni neljale festivalile, kavades kaasas harukordsena vaid ühe helilooja, Johannes Brahmsi muusika. 2. ja 3. augustil mängiti Kanadas kuulsal Lanaudière’i festivalil, kontserdipaigaks Amphitheatre de Lanaudière, esimeses kavas Brahmsi Klaverikontsert nr 1, solistiks Lars Vogt, ning Sümfoonia nr 2. Teises kavas mängis Christian Tetzlaff Brahmsi Viiulikontserti, seejärel orkestrilt Sümfoonia nr 1. 4. augustil mängis DKB juba USAs Ravinia festivalil: Brahmsi „Akadeemiline piduavamäng“ ning sümfooniad nr 1 ja nr 2. 6. augustil esinesid Saksa muusikud Tanglewoodi festivalil Seiji Ozawa Hallis, solistina taas Lars Vogt, kavas Brahmsi avamäng, Klaverikontsert nr 1 ning Sümfoonia nr 2. Viimane kontsert leidis aset 7. augustil New Yorgis Alice Tully Hallis festivalil Mostly Mozart, esitati sama kava, mida mängiti Tanglewoodis. Kontserdist kirjutas järgmisel päeval hea arvustuse koos fotoga The New York Times, autoriks muusikakriitik David Allen.

2. septembril juhatas Paavo orkestrit Bremeni festivalil aga noorem vend Kristjan Järvi, solistiks oli türgi tippvirtuoos Fazil Say. Paavo Järvi sai endale lubada kuu aega puhkust, alustades uut hooaega aga Orchestre de Paris' ees 10. septembril. Kohe mängiti Pariisi mainekas Salle Pleyelis nii 10. kui 11. septembril sama avakava: Maksim Vengerov Brahmsi Viiulikontserdi solistiks, prantsuse neoklassitsisti Albert Rousseli Kolmas sümfoonia ning Maurice Raveli legendaarne "La valse".

Peatselt, 17. ja 18. septembril jõuab Pleyeli saali publiku ette teinegi kava Orchestre de Paris'ga: prantslaste nüüdismuusikaklassiku Henri Dutilleux' (1916-2013) "Métaboles", Edouard Lalo Tšellokontsert, solistiks Xavier Phillips, ja Pjotr Tšaikovski Viies sümfoonia.

23. septembrist asub Paavo Järvi tegutsema taas DKB-ga, andes nendega kuni 6. oktoobrini viis kontserti nelja erineva kavaga – Frankfurtis, Bremenis, Bonnis ja taas kahel õhtul Bremenis. Solistideks kuulsad nimed nagu pianistid Fazil Say ja Arkadi Volodoss.

Valmis on saanud ka Paavo Järvi ja DKB viimane CD Robert Schumanni tsüklist.

Veel sel aastal viib Paavo Järvi DKB taas Lõuna-Koreasse ja Jaapanisse, kokku üheteistkümne kontserdiga novembris-detsembris, novembri algul on Paavo Järvi ja Orchestre de Paris veel viie kontserdiga Hiinas. Toimetas
Tiiu Laks

http://kultuur.err.ee/v/muusika/1dcdf7e4-01b4-4fe0-8efb-59789fc65bb1

Vengerov, Khatchatrian : violons dingues

LeFigaro.fr
Christian Merlin
15/09/2014

LA CHRONIQUE DE CHRISTIAN MERLIN - Les deux archets, l'un à Paris, l'autre au Festival de Lucerne, ont volé la vedette aux orchestres.
Maxim Vengerov, violoniste et chef d'orchestre russe. 
Eric Garault

Pour tout dire, on avait prévu, pour changer, de vous parler d'orchestre. La rentrée de l'Orchestre de Paris sous la direction de Paavo Järvi et trois concerts du Philharmonique de Vienne en clôture du Festival de Lucerne, qui reste le rendez-vous rêvé de tous les amoureux de symphonique, devaient en être l'occasion.

Seulement voilà, ce que l'on a retenu de ces soirées, ce sont deux violonistes! Non que les phalanges aient démérité: l'Orchestre de Paris a fait preuve d'une belle énergie et de cohésion dans la Troisième de Roussel et La Valse de Ravel, même si l'on peut souhaiter plus de subtilité, et les Wiener Philharmoniker ont rutilé dans la Deuxièmede Sibelius, la Huitièmede Dvorak et Shéhérazadede Rimski-Korsakov, sans que l'on sente une patte personnelle dans les interprétations extérieures de Gustavo Dudamel. Bref, des concerts de bonne tenue mais que l'on oublie assez vite. Les moments privilégiés, ceux dont on se souvient avec éblouissement, ce sont deux archets d'exception qui nous les ont offerts.

Soliste du Concertode Brahms avec l'Orchestre de Paris, Maxime Vengerov revient aux grands concertos après une interruption due à des problèmes physiques. Aurait-il recouvré ses capacités? Telle était la question que l'on se posait en abordant ce concert avec appréhension. La réponse est oui, et plus encore. Voilà du grand violon romantique à l'ancienne, flamboyant, ouvert, d'une sonorité constamment lumineuse, avec l'envoûtant Stradivarius «Kreutzer». Et sans les tics ostentatoires qu'on lui reprochait avant, et qui le faisaient régulièrement flirter avec la vulgarité.

L'art du pianissimo
Trois jours après, voici Sergueï Khatchatrian dans l'autre pilier des concertos pour violon, celui de Beethoven, avec le Philharmonique de Vienne. Un moment de grâce, onirique, funambulesque, entièrement tourné vers l'intérieur. Son interprétation très personnelle refuse aussi bien la rigueur classique que la virtuosité romantique, pour laisser parler une profondeur intime qui vous tire les larmes dès le premier son. Cet art du pianissimo murmuré dans l'aigu, sur son Guarnerius qui a appartenu à Ysaÿe, cette façon de poursuivre le moment où la beauté est si intense qu'elle en devient douloureuse, ne peuvent venir que d'un ange tombé du ciel. Ce qui est rassurant, c'est que la salle s'est levée comme un seul homme pour fêter le jeune violoniste de 29 ans. Mais le public de Lucerne a été formé par dix ans de fréquentation de Claudio Abbado, dont la leçon majeure est d'écouter le silence.
http://www.lefigaro.fr/musique/2014/09/15/03006-20140915ARTFIG00235-violons-dingues.php

Paavo Järvi and Maxim Vengerov


Saturday, September 13, 2014

Friday, September 05, 2014

Le chef Paavo Järvi tourne le dos à Paris

Ledevoir.com
Christophe Huss
4/9/2014
Paavo Järvi a annoncé qu’il ne renouvellera pas son contrat de directeur musical de l’Orchestre de Paris à la fin de la saison 2015-2016.
Photo: Raigo Pajula Agence France-Presse Paavo Järvi a annoncé qu’il ne renouvellera pas son contrat de directeur musical de l’Orchestre de Paris à la fin de la saison 2015-2016.
Moins d’un mois après son passage au Festival de Lanaudière, le chef d’orchestre Paavo Järvi a créé une onde de choc dans le milieu musical français en annonçant qu’il quitterait la direction musicale de l’Orchestre de Paris au terme de son contrat, à l’été 2016.
  C’est donc à un directeur musical en partance auquel sera confié l’honneur d’inaugurer, le 15 janvier 2015, la Philharmonie de Paris, pharaonique nouvelle salle de concert de la capitale, dont les dépassements de coûts font les gorges chaudes des journalistes et commentateurs, et les luttes serrées entre des paliers gouvernementaux — ville et État — quant à savoir qui acquittera les factures.
  Dans une lettre adressée à l’administration et aux musiciens de l’Orchestre de Paris, le chef estonien, soulignant son « attachement pour l’Orchestre de Paris » et sa « proximité avec ses magnifiques musiciens », annonce qu’il a pris cette décision « le coeur lourd » pour se consacrer à son nouveau mandat auprès de l’Orchestre symphonique de la NHK de Tokyo et au tandem qu’il forme avec la Deutsche Kammerphilharmonie (DKP) de Brême.
  Ces raisons ne sont évidemment ni suffisantes ni déterminantes puisque Paavo Järvi, workaholic comme d’autres (Kent Nagano, par exemple), n’a jamais rechigné à cumuler des mandats et a toujours eu deux postes en plus de celui auprès de la DKP. Certains potineux y voient déjà un signe de disponibilité potentielle envoyé au Philharmonique de Berlin, qui se choisira un nouveau chef dans un an. Mais cette lourde décision est bien davantage, à notre sens, une immense gifle envoyée à la France et à la manière dont des roitelets et apparatchiks administrateurs y accaparent des pouvoirs décisionnaires.
  Après une analyse réaliste de l’échiquier, Paavo Järvi ne sera pas, à terme, le bouffon à baguette de la Philharmonie de Paris, salle posée aux confins du Paris intra-muros, pendant que la capitale française bradera aux amuseurs publics la mythique salle Pleyel. Paavo Järvi vient de prendre une décision qui lui préservera beaucoup d’influx nerveux et de sérénité utiles à bien d’autres choses, musicalement plus constructives que des petites guéguerres de coulisses.
  Il lui reste, dans les deux ans qui viennent, une inauguration de salle, une tournée en Chine, l’enregistrement d’une intégrale Sibelius et des concerts qui le feront amèrement regretter des mélomanes parisiens…
http://www.ledevoir.com/culture/musique/417533/musique-classique-le-chef-paavo-jarvi-tourne-le-dos-a-paris