Saturday, November 13, 2010

Paavo Järvi et Elisabeth Leonskaja à l’Orchestre de Paris - Désir collectif

Alain Cochard
4 Nov 2010
ConcertClassic.com


La musique de Sibelius serait-elle en train de sceller l’union de Paavo Järvi et de l’Orchestre de Paris ? Après Kullervo – choix aussi osé que passionnant en ouverture de saison – et tandis que Tapiola va bientôt être donné, le nouveau patron de l’Orchestre de Paris vient de diriger une Symphonie n° 2 qui démontre que le règne du chef estonien s’ouvre sous les meilleurs augures. Plus, que l’ «effet Järvi » joue déjà pleinement !

Quel cocktail multivitaminé le maestro a-t-il donc donné à ses musiciens ? On n’avait pas depuis longtemps entendu des cordes d’une présence aussi intense, des violons aussi lumineux, un orchestre aussi impliqué, fourmillant de détails. Mais si chef sonde chaque recoin d’une partition qu’il connaît comme sa poche, il ne perd pas un instant de vue la globalité d’un ouvrage dont la grande arche de tend avec évidence. Aucun show, aucune emphase toutefois. L’approche de Järvi passionne d’autant plus que, sans en rien assécher le propos, elle gomme une part du postromantisme dont la partition est porteuse ; partant l’Op. 43 devient une musique pleine de prédictions où se lit le futur de parcours symphonique sibelien. L’ovation du public est à la mesure du formidable désir collectif avec lequel Järvi et ses troupes ont servi Sibelius.

La soirée avait il est vrai bien commencé avec Eiffel, une courte pièce d’Arvo Pärt en hommage à l’architecte de « Notre-Dame de la rive gauche », donnée en création. « Il s’agit, écrit le compositeur estonien, d’une pièce courte et légère, comme une danse, qui fait un peu tourner la tête comme les vents, peut-être, qui passent à travers ce colosse pointu.» Järvi restitue avec une élégance racée la poésie délicate et charmeuse d’une pièce qui débute avec un faux air de Valse triste.

Quinze ans… Cela faisait un sacré bout de temps que l’Orchestre de Paris n’avait invité Elisabeth Leonskaja ! Le Concerto de Grieg permet de retrouver une merveilleuse pianiste riche de la plus belle tradition certes, mais aussi, d’abord, une formidable conteuse qui sait surprendre, se risquer avec palette sonore magnifique, un jeu capable de fulgurants emportements comme d’une poésie diaphane. Si certains pisse-vinaigre faisant la moue à quelques accrocs absolument mineurs savaient leur ridicule…


Paris, salle Pleyel, 4 novembre 2010

> Programme détaillé et réservations à la Salle Pleyel

> Vous souhaitez répondre à l’auteur de cet article ?

> Lire les autres articles d'Alain Cochard

http://www.concertclassic.com/journal/articles/actualite_20101104_3422.asp

No comments: